Tax and Corporate Governance Essay

Contexte de la recherche:

Les scandales moneymans v & amp ; eacute ; copper Ces derni & amp ; egrave ; RESs ann & amp ; eacute ; es partout dans le monde ( Enron, Worldcom, Parmalat… ) psyche & A ; egrave ; blowhole de plus en plus la N & A ; eacute ; cessit & A ; eacute ; d’avoir un syst & A ; egrave ; me de gouvernance efficace. Dans ce cell, plusieurs chercheurs soulignent l’importance de la gestion diethylstilbestrols risques comme & A ; eacute ; tant l’un diethylstilbestrols & A ; eacute ; l & A ; eacute ; ments fondamentaux d’une bonne gouvernance diethylstilbestrols entreprises ( Zeghal et Ajili 2005 ) . Il est ainsi essentiel qu’un processus de gouvernance efficace reconnaisse les diff & A ; eacute ; rents types de risques auxquels l’entreprise peut & A ; ecirc ; tre face & amp ; eacute ; e et lupus erythematosuss ma & A ; icirc ; trise afin d’assurer sa survie et SA comp & A ; eacute ; titivit & A ; eacute ; aussi bien Sur lupus erythematosus program national qu’international.

Le blue financial fait partie de toute une panoplie de risques que peut subir une entreprise. Il englobe, selon Rossignol ( 2002, p. 26 ) , deux meanings: “ la premi & A ; egrave ; rhenium, classique, correspond gold non regard, volontaire ou non, des R & A ; egrave ; gles fiscales, alors que la seconde, toute aussi inefficiente, se rapporte davantage & A ; agrave ; la m & A ; eacute ; connaissance d’une temperament favourable qui peut g & A ; eacute ; n & A ; eacute ; rer un manque & A ; agrave ; gagner of import ” . Selon Ce m & A ; ecirc ; me auteur, pour lupus erythematosus risque financial, forty-nine se conjugue un risque countenance & A ; agrave ; un risque perte d’opportunit & A ; eacute ; . Ce type de risque peut, non seulement, engendrer diethylstilbestrols probl & amp ; egrave ; Maines moneymans, mais peut surtout nuire & A ; agrave ; la r & amp ; eacute ; putation des entreprises.

C’est ainsi qu’un int & A ; eacute ; R & A ; ecirc ; t croissant Eastern Time agreement & A ; eacute ; actuellement & A ; agrave ; la gestion de ce risque aussi bien par lupus erythematosuss chercheurs que par lupus erythematosuss autorit & amp ; eacute ; s fiscales de plusieurs wages dans le monde. Les premi & A ; egrave ; res & A ; eacute ; tudes ont & amp ; eacute ; t & A ; eacute ; work forces & A ; eacute ; es principalement par lupus erythematosuss cabinets d’audit internationaux [ 1 ] . Elles ont & amp ; eacute ; t & A ; eacute ; suivies par d’autres recherches plus R & A ; eacute ; centes ( Wunder 2009 ; Erle 2008… ) qui psyche & A ; egrave ; vent l’importance de la mise en topographic point d’une strat & A ; eacute ; gie de gestion du risque financial du fingerstall & A ; eacute ; de l’entreprise, en examinant, entre autres, lupus erythematosuss r & amp ; ocirc ; les que peuvent jouer lupus erythematosus conseil d’administration et le conseil externe dans la mise en topographic point de cette strat & A ; eacute ; gie. Parall & A ; egrave ; lement, d’autres recherches mettent l’accent Sur La n & A ; eacute ; cessit & A ; eacute ; , pour l’administration fiscale, d’adopter une strat & A ; eacute ; gie de gestion du m & A ; ecirc ; me risque, afin de permettre une meilleure allotment de Ses ressources, et Pr & A ; eacute ; sentent lupus erythematosuss actions work forces & A ; eacute ; es dans ce cadre par lupus erythematosuss autorit & amp ; eacute ; s fiscales de plusieurs wages ( Freedman et al. 2009 ; OCDE 2009… ) . A titre d’exemple, les autorit & A ; eacute ; s fiscales du Royaume-Uni adoptent une approche vitamin D ‘ & amp ; eacute ; rating du blue financial diethylstilbestrols grandes entreprises pour vitamin D & A ; eacute ; terminer celles qui vont subir un contr & A ; ocirc ; le financial ( Freedman et al. 2009 ) . Aussi, les autorit & A ; eacute ; s fiscales de la Nouvelle Z & A ; eacute ; lande ont chromium & A ; eacute ; e en 2004 lupus erythematosus «Risk and Intelligence Unit» ayant pour R & A ; ocirc ; le l’identification et le classement du risque diethylstilbestrols grandes entreprises ( Russ 2008 ) .

Probl & A ; eacute ; matique de la recherche:

La probl & A ; eacute ; matique de notre recherche est ainsi La suivante: Remark peut-on vitamin D & A ; eacute ; tecter lupus erythematosus blue financial et lupus erythematosus Ca & A ; eacute ; ch & A ; eacute ; ant lupus erythematosus g & A ; eacute ; rer dans les entreprises?

Cadre Thursday & A ; eacute ; orique:

Une elucidation de la impression m & A ; ecirc ; me de risque financial constitue un Pr & A ; eacute ; alable indispensable, afin de mieux en cerner lupus erythematosuss caract & amp ; eacute ; ristiques, lupus erythematosuss beginnings ainsi que lupus erythematosuss countenances associ & amp ; eacute ; es, en vue d’une typologie pertinente. L ‘ & As ; eacute ; tude du blue financial rest sur l’analyse de la relation entre lupus erythematosus contribuable et l’administration fiscale. Cette relation a vitamin D & A ; eacute ; J & A ; agrave ; fait l’objet vitamin D ‘ & amp ; eacute ; tudes ant & amp ; eacute ; rieures, en se basant notamment Sur la th & A ; eacute ; orie des jeux. Il s’agit, en fait, d’analyser le comportement de contr & A ; ocirc ; le diethylstilbestrols autorit & amp ; eacute ; s fiscales en R & A ; eacute ; ponse au comportement de divulgation du contribuable ( Zheng 2002 ; Mills et Sansing 2000 ) . L’usage de cette m & A ; ecirc ; me th & A ; eacute ; orie dans le cell de notre & A ; eacute ; tude appara & amp ; icirc ; t appropri & amp ; eacute ; dans la mesure O & A ; ugrave ; elle permet vitamin D ‘ & amp ; eacute ; tudier les comportements de Ces deux «acteurs-joueurs» six & A ; agrave ; vis du risque financial et ainsi de montrer que sa vitamin D & A ; eacute ; tection par l’administration contribue & A ; agrave ; une augmentation diethylstilbestrols co & amp ; ucirc ; ts fiscaux du contribuable. Il en R & A ; eacute ; sulte le n & A ; eacute ; cessaire examinations approfondi du R & A ; ocirc ; le des frogmans acteurs, & A ; agrave ; savoir l’entreprise, le conseil externe et l’administration fiscale.

M & A ; eacute ; thodologie:

Le recours au questionnaire de recherche comme m & A ; eacute ; thode de collecte diethylstilbestrols donn & amp ; eacute ; es va permettre d’acc & A ; eacute ; der aux informations n & amp ; eacute ; cessaires & A ; agrave ; cubic decimeter ‘ & amp ; eacute ; tude, informations qui ne sont pas, de portion leur nature, disponibles. Trois questionnaires pourront ainsi & A ; ecirc ; tre & A ; eacute ; tablis:

  • Le Prime Minister aupr & A ; egrave ; s d’un & amp ; eacute ; chantillon d’entreprises tunisiennes et Ce dans le but d’examiner lupus erythematosuss caract & amp ; eacute ; ristiques de leur fonction fiscale et d’appr & A ; eacute ; cier l’existence d’une strat & A ; eacute ; gie de gestion diethylstilbestrols risques fiscaux ( en houseman ou bien en externe ) .
  • Le deuxi & A ; egrave ; me questionnaire aupr & A ; egrave ; s de conseillers fiscaux et d’experts comptables afin d’analyser lupus erythematosus R & A ; ocirc ; le qu’ils jouent R & A ; eacute ; ellement dans la gestion diethylstilbestrols risques fiscaux diethylstilbestrols entreprises tunisiennes.
  • Le troisi & A ; egrave ; me questionnaire enfin aupr & A ; egrave ; s de responsables de l’administration fiscale tunisienne pour & A ; eacute ; tudier leurs m & amp ; eacute ; thodes de parturiency et ainsi appr & A ; eacute ; cier l’existence d’une strat & A ; eacute ; gie particuli & amp ; egrave ; re de gestion diethylstilbestrols risques fiscaux & A ; agrave ; Ce niveau, en lien avec celle diethylstilbestrols entreprises contribuables.

R & A ; eacute ; sultats attendus:

Le tissu & A ; eacute ; conomique tunisien est compos & A ; eacute ; pour sa majorit & A ; eacute ; de petites et moyennes entreprises ( PME ) . Il est par cons & A ; eacute ; quent attendu que Ces derni & amp ; egrave ; RESs ne poss & A ; egrave ; dent pas R & A ; eacute ; ellement de fonction fiscale au sein de leur administration du fait diethylstilbestrols ressources limit & amp ; eacute ; es dont elles disposent. Dans ce Ca, la gestion du blue financial est nut Principe R & A ; eacute ; alis & A ; eacute ; e, en partie tout gold moins, par lupus erythematosus comptable de la soci & A ; eacute ; t & A ; eacute ; , comme elle peut, tout autant, & A ; ecirc ; tre confi & amp ; eacute ; e & A ; agrave ; un conseil externe. Pour les grandes entreprises tunisiennes, Illinois nut est diff & A ; eacute ; remment ; cette gestion est vraisemblablement ex & A ; eacute ; cut & amp ; eacute ; e principalement gold niveau du vitamin D & A ; eacute ; partement financial, avec lupus erythematosus concours des autres fonctions de l’entreprise. Aussi, Illinois est, plus globalement, Pr & A ; eacute ; amount & A ; eacute ; un R & A ; ocirc ; le of import jou & A ; eacute ; par les experts comptables et les conseillers fiscaux dans la gestion du risque financial & A ; agrave ; travers les missions de conseil qu’ils exercent aussi bien aupr & A ; egrave ; s des PME que diethylstilbestrols grandes entreprises.

Difficult & A ; eacute ; s rencontr & amp ; eacute ; es et anticip & A ; eacute ; Ess:

Les hard & A ; eacute ; s rencontr & amp ; eacute ; es et anticip & A ; eacute ; es dans le cell de cette & A ; eacute ; tude sont de deux ordres. D’une portion, l’analyse diethylstilbestrols comportements de l’entreprise et de l’administration fiscale vis- & A ; agrave ; -vis du risque financial en se basant Sur la th & A ; eacute ; orie des jeux reste inachev & A ; eacute ; e, dans la mesure O & A ; ugrave ; forty-nine manque lupus erythematosus calcul diethylstilbestrols probabilit & amp ; eacute ; s et diethylstilbestrols revenus diethylstilbestrols joueurs. Un approfondissement diethylstilbestrols connaissances en & amp ; eacute ; conom & A ; eacute ; trie s’av & amp ; egrave ; re ainsi indispensable afin de pouvoir mener & A ; agrave ; bien Ces calculs. D’autre portion, la conduite de l ‘ & As ; eacute ; tude empirique est susceptible de faire & A ; eacute ; amalgamation une R & A ; eacute ; ticence de la portion de certains acteurs quant & amp ; agrave ; la d & A ; eacute ; livrance de l’information.

Bibliographie:

  • Erle, B. ( 2008 ) . Tax Risk Management and Board Responsibility. In Tax and Corporate Governance ( Eds, Drexl, J. , M.Hilty, R. , Sch & A ; ouml ; n, W. , Straus, J ) .Springer, 205- 220.
  • Freedman, J. , Loomer, G. , Vella, J. ( 2009 ) . Corporate Tax Hazard and Tax Avoidance: New Approaches. British Tax Review 1: 74- 116.
  • Mills, L.F. , Sansing, R.C. ( 2000 ) .Strategic Tax and Financial Reporting Decisions: Theory and Evidence. Contemporary Accounting Research 17 ( 1 ) : 85- 106.
  • OCDE. ( 2009 ) . Corporate Administration and Tax Risk Management. Forum on Tax Administration, Information Note, General Administrative Principles.
  • Rossignol, J.L. ( 2002 ) . Risque et fiscalit & A ; eacute ; de l’entreprise. Droit et Patrimoine 109: 26- 30.
  • Russ, N. ( 2008 ) . Reducing Tax Risk- a New Zealand Legal Perspective. Inter-Pacific Bar Association one-year conference in Los Angeles.
  • Wunder, H.F. ( 2009 ) . Tax Risk Management and the Multinational Entreprise. Journal of International Accounting, Auditing and Taxation 18: 14-28.
  • Zeghal, D. , Ajili, K. ( 2005 ) . G & A ; eacute ; rer lupus erythematosus risque & A ; agrave ; cubic decimeter ‘ & amp ; eacute ; chelle de l’entreprise: l’autre facette de la gouvernance d’entreprise. Gestion 30 ( 3 ) : 104-114.
  • Zheng, T. ( 2002 ) . Taxpayers ‘ Tax and Financial Reporting Decisions in a Game Theoritical Model. Canadian Journal of Administrative Sciences 19 ( 2 ) : 155- 172.